| Qui nous sommes | Nous contacter ›


© Domenico Conte

Promenade au château, Ambra Senatore

Pour le festival piémontais Teatro a Corte, la chorégraphe turinoise Ambra Senatore, à la direction du Centre chorégraphique national de Nantes depuis le 1er janvier 2016, donnait une performance à la Reggia di Venaria Reale, l’une des plus anciennes résidences de la famille royale de Savoie, construite à partir de la fin du XVIIe siècle. Le nom du festival, Teatro a Corte (théâtre de la cour du roi), prend ici tout son sens puisque les galeries jouxtant la Torre del Belvedere (Tour du Belvédère) et la Chiesa di Sant’Uberto (église de Saint Hubert) furent le théâtre d’une Promenade au château à quatre interprètes.

Ambra Senatore après avoir esquissé quelques pas, quelques bribes de conversations avec des interlocuteurs imaginaires dans le personnage d’un fantôme de cour, est rejoint par Matteo Ceccarelli, Pieradolfo Ciulli et Elisa Ferrari – déjà vus à ses côtés sur scène et avec qui elle a réalisé la pièce. Dans l’angle de la galerie où le public est répartie, quatre statues de marbre de l’atelier de Simone Martinez (1718-1757), une allégorie des quatre saisons, sont nichées. Les interprètes y poursuivent des échanges entre étiquette et mots d’esprit. Étiquette tournée en dérision avec une partie de « air-cricket » inspirée des gestes figés des statues. La solennité du lieu est désamorcée par l’irrévérence des gestes pour une promenade qui s’est poursuivie d’abord dans les escaliers menant à la sortie de la galerie, où l’on croise Ambra Senatore en costume d’époque entourée de mannequin, puis dans l’église dédiée au Saint Patron des chasseurs, Saint Hubert, la Venaria Reale étant autrefois dédiée à la chasse.

Dans cette église construite entre 1716 et 1729 suivant les plans de l’architecte Filippo Juvarra, débute le Nisi Dominus d’Antonio Vivaldi, contemporain du souverain commanditaire Vittorio Amedeo II di Savoia. Le chant et les cordes du Nisi dominus, un des « chants graduels » extrait du Livre des psaumes, animent la chapelle de style baroque parcourue de trompes l’œil tandis que les quatre interprètes entament une chorégraphie dans le transept entouré de deux autels et quatre chapelles. Une chorégraphie ramenée aux gestes de la danse contemporaine, empreinte de gravité. Lorsque s’achève la composition de Vivaldi, tous les quatre s’approchent de l’une des deux grandes toiles du transept, La Madonna in gloria con l’arcangelo Gabriele e i SS. Rocco, Sebastiano e Eusebio de Sebastiano Ricci, revenant à la dérision par une imitation des expressions des différents protagonistes en béatitude. Une dérision sans mépris mais de laquelle ressort une considération pour les œuvres de la Reggia di Venaria Reale. Une Promenade au château humoristique qui rappelle la brièveté des vies humaines tandis que les lieux perdurent. Promenade qui se poursuivra au château de Chambord en septembre 2016.

Performance vue dans le cadre du festival Theatro a Corte. Projet de Ambra Senatore. Réalisé avec Matteo Ceccarelli, Pieradolfo Ciulli, Elisa Ferrari, Ambra Senatore © Domenico Conte.

Par

Publié le 20/07/2016


Partagez cette page


http://maculture.fr/danse/ambra-senatore-teatro-a-corte/