| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Young-Mo Choe

Dancing Grandmothers, Eun-Me Ahn

La chorégraphe sud-coréenne Eun-Me Ahn, surnommée la « Pina Bausch de Séoul », est connue pour ses mises en scène pop et très théâtralisées. Elle signe Dancing Grandmothers, spectacle pour lequel elle a sillonné les campagnes sud-coréennes à la rencontre de femmes âgées, leur demandant de danser sur les musiques de leur jeunesse.

Ces danses, filmées sur le vif, ont servi de support de travail et de source d’inspiration pour la chorégraphe et les danseurs de sa compagnie. Elles ont données lieu à une véritable collecte de gestes, où l’histoire de ces femmes, leur vie, est sous-jacente. Ce sont des gestes emprunts de leur quotidien et de leur culture, des gestes « sociaux » imprégnés par la société et l’histoire du corps féminin qu’elle a façonné. C’est certainement là que la référence à Pina Bausch est présente : dans cette démarche d’aller vers l’être humain, l’être social, de l’observer, de chercher à le comprendre puis de réussir à exprimer et créer à partir de cette empathie gestuelle.

La première séquence du spectacle présente une chorégraphie des danseurs de la compagnie issue de ce travail de recherche. Leur danse est comme un flux incessant, comme une ritournelle inlassablement répétée et modifiée. Danse solitaire et danse collective se côtoient et se complètent, tandis que danse traditionnelle et danse de discothèque actuelle s’entremêlent, procurant une sensation proche de la transe. Les multiples costumes qu’ils revêtent s’inspirent avec humour des habits portés par les dancing grandmothers qu’ils ont rencontrées. L’ensemble est extrêmement bien dansé, s’appuyant sur une grande précision des gestes et une fascinante légèreté du mouvement.

Ensuite, sont projetées les vidéos des dizaines de femmes qui ont accepté de danser sur leurs lieux de travail (dans les champs, des échoppes, des écoles), chez elles ou au bord de la route, dans la rue. Le procédé est répétitif, mais donne à voir la « matière brute », vivante, qui a conduit à la création de ce spectacle, et permet d’envisager le cheminement suivi par la chorégraphe et les danseurs. La rencontre de l’autre, profondément émouvante, y est le point de départ du processus de création.

Enfin, une dizaine de ces femmes et un homme sont sur le plateau et dansent avec les danseurs professionnels : la danse précise et aérienne des danseurs s’accorde et répond à la danse plus timide mais non moins enjouée des amateurs. La danse, vivante et entraînante, se fait ici fête et moment de convivialité. Ainsi, alors que les applaudissements ont retenti, Eun-Me Ahn invite les spectateurs enthousiastes à venir sur scène se joindre à la danse.

Chorégraphie, mise en scène, scénographie et costumes Eun-Me Ahn. Musique Young-Gyu Jang. Conseil artistique Woo-Yong Chun. Création lumière Jin-Young Jang. Vidéo Tae-Seok Lee. Photo de Young-Mo Cheo.

Par

Publié le 27/09/2015


Partagez cette page


http://maculture.fr/danse/dancing-grandmothers-eun-ahn/