| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Theatre performance "The ower of theatrical madness"

Le Pouvoir des folies théâtrales, Jan Fabre

Il y a des performances légendaires, des performances qui marquent une vie de spectateur, dont les images restent imprimées dans les mémoires. Des performances dont les spectateurs peuvent dire « Oui, j’y étais » et qu’on jalouse. Il y a des performances qu’on cite comme référence dans les livres d’art, des performances sur lesquelles se sont bâti des fantasmes étayés par les souvenirs et les témoignages de chacun. Des performances radicales qui ont ouvert des portes, qui ont brisés des codes. Des performances qui sont devenues des mythes, des monuments insaisissables.

En 1982, Jan Fabre, alors âgé de 24 ans, créé C’est du théâtre comme c’était à espérer et à prévoir, et deux ans plus tard, Le Pouvoir des folies théâtrales : deux performances qui sont rentrées directement au Panthéon du spectacle vivant. Depuis, Jan Fabre, metteur en scène, chorégraphe et plasticien, n’a cessé d’ajouter des briques à son répertoire protéiforme, riche et complexe. En 2012, il décide de remettre en scène ces deux spectacles avec une nouvelle équipe de jeunes performeurs (qui rejoindront également la distribution de Mount Olympus, pièce de 24h qu’il prépare depuis quelques années) et redonne vie à deux chef-d’oeuvres du spectacle vivant.

A l’instar de ces pièces fleuves qui jalonnent le parcours de Jan Fabre, Le Pouvoir des folies théâtrales est un véritable hommage à l’Art et se construit comme un atlas d’images, de musiques et de corps. Autant de documents qui composent une longue partition chorégraphique, visuelle et sonore, qui confronte des oeuvres classiques à de nouveaux canons. On voyage à travers l’histoire de la musique classique, de la peinture académique et des mythes, escorté par une quinzaine d’interprètes, aux limites de leur endurance physique et morale.

Le Pouvoir des folies théâtrales est un regard tourné vers le passé, un regard, non de regret, mais d’illumination, comme le regard d’un artiste face à sa muse. Tout le long de la pièce, les interprètes scandent jusqu’à l’épuisement le nom des pièces qui on construit l’histoire du spectacle vivant, se croisent alors les noms de Steeve Paxon, Peter Brook, Ariane Mnouchkine, Martha Graam, Lucinda Child, Merce Cunningham, Robert Wilson, Mary Wigman. Se conjugue alors aux noms des pères et pairs, celui de Jan Fabre. Trente ans après sa création, Le Pouvoir des folies théâtrales fait toujours sens et confirme le talent inouï et provocateur de Jan Fabre.

Vu au Théâtre de Gennevilliers. Le Pouvoir des folies théâtrales a été créé en 1984, à la Biennale de Venise, recréé en 2012 à Impulstanz Festival de Vienne et repris lors du Festival dʼAvignon 2013. Conception, mise en scène, chorégraphie et lumière Jan Fabre. Avec Maria Dafneros, Piet Defrancq, Mélissa Guérin, Nelle Hens, Sven Jakir, Carlijn Koppelmans, Georgios Kotsifakis, Dennis Makris, Lisa May, Giulia Perelli, Gilles Polet, Pietro Quadrino, Merel Severs, Nicolas Simeha, Kasper Vandenberghe. Musique Wim Mertens. Costumes Pol Engels, Jan Fabre. Réalisation costumes 2012 Katarzyna Mielczarek. L’Arche est éditeur et agent théâtral de Jan Fabre. Photo de Wonge Bergmann.

Par

Publié le 11/02/2015


Partagez cette page


http://maculture.fr/danse/pouvoir-folies-theatrales-jan-fabre/