| Qui nous sommes | Nous contacter ›


DannyWillems

Talk to the demon, Wim Vandekeybus

« Bonsoir, je suis désolé mais suite à un petit problème de logistique nous avons deux enfants ce soir mais un seul peut jouer. Nous allons donc vous demander de choisir, entre les deux, lequel vous souhaitez voir sur scène ce soir. » C’est donc avec perplexité que le public à main levée en faveur du petit Luke, neuf ans, ou Samuel, onze ans, et c’est avec une certaine culpabilité que nous renvoyons un des deux enfants dans les coulisses.

La dernière création du chorégraphe belge Wim Vandekeybus, Talk to the Demon, prend ses racines dans la relation enfant-adulte et souligne les tensions et l’ambivalence des rapports préconçus et établis entre les décennies. Sous la forme de nombreuses séquences aux allures de rêves, de cauchemars ou de fantasmes, se côtoient des figures aussi bien innocentes que diaboliques. Les rôles permutent au grès des tableaux : un enfant se voit proposer une orange à laquelle s’ajoutera un second fruit s’il attend pour la manger. Cette expérience, dite « du chamallow », sera réitérée mais les personnages auront eux permuté, créant un effet plus qu’étrange.

Pièce sans musique, Talk to the Demon n’abandonne pas néanmoins ses danseurs dans le silence du plateau : des capteurs sonores placés sur les interprètes et aux quatre coins de la scène permettent de saisir et de diffuser en direct le bruit de leurs souffles et de leurs moindres gestes. Une paroi métallique sur un côté de la scène et une installation de cordes blanches scient l’air du plateau. À l’avant scène, une astucieuse petite table, sur laquelle est éparpillée des jouets et des objets, sert de table de mixage à l’enfant. Émane donc des corps et de l’espace des sons live et minimalistes qui alimentent la narration et notre imaginaire.

« M’aimes-tu ? » ; « Quand vais-je mourir? » demande sans-cesse le petit garçon. Wim Vandekeybus met en lumière la relation dominant-dominé adulte-enfant. Talk to the Demon offre un parfait aperçu des incroyables talents physiques des danseurs de la compagnie Ultima Vez et c’est toujours avec une certaine joie que nous embarquons une nouvelle fois dans l’univers sombre et poétique du génie Vandekeybus.

Vu au Centre des arts d’Enghien-les-Bains. Mise en scène, chorégraphie & scénographie Wim Vandekeybus, creé avec & joué par Elena Fokina, Luke Jessop, Jerry Killick, Gala Moody, Yassin Mrabtifi, Manuel Ronda, Laso Dankambary, Luke De Bolle, Samuel De Lille, Chisom Onyebueke Chinaedu aussi de Martha Killick, assistante artistique et dramaturgie Greet Van Poeck, styliste Isabelle Lhoas conception lumière Davy Deschepper, Wim Vandekeybus, conception sonore Bram Moriau. Photo de Danny Willems.

Par

Publié le 23/11/2014


Partagez cette page


http://maculture.fr/danse/talk-to-the-demon-wim-vandekeybus/