| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Peeping Tom_Vader_c_Herman Sorgeloos-2

Vader, Peeping Tom

Une pièce inondée de terre (Le soul sol, 2007), Un champs de neige jonché de caravanes (32 rue Vandenbranden), une vaste demeure bourgeoise (À louer, 2011) : les décors des spectacles de la compagnie Peeping Tom marquent toute une vie de spectateur. Nous sommes donc heureux de retrouver aujourd’hui l’univers surréaliste du duo Gabriela Carrizo et Franck Chartier, co-directeurs artistiques de la compagnie, avec Vader, premier volet d’une trilogie familiale.

De longs voilages blancs, qui semblent jaunis par le temps, encadrent un plateau aux murs verts décrépis et au sol recouvert de moquette rouge. Cet incroyable décor, nous allons bientôt le découvrir, représente une très grande salle commune de maison de retraite. Dans le fond du plateau, une petite estrade deviendra le théâtre d’étonnantes rencontres entre des musiciens du troisième âge et de jeunes chanteurs pour septuagénaires.

Créé avec huit interprètes de la compagnie, dont l’incroyable Leo De Beul agé de 76 ans, et une dizaine de comédiens amateurs, Vader se présente comme un rêve éveillé où les séquences filtrent entre l’hyperréalisme et l’irrationnel. Comme souvent avec Peeping Tom, les tableaux chorégraphiques mettent en lumière des corps qui se contorsionnent, qui se retrouvent happer dans l’invisible, qui se confrontent avec l’indicible.

Composé de scènes de la vie quotidienne, Vader s’empare des histoires de chacun et construit le portrait d’une génération encadrée et bridée, perdue entre l’envie et les souvenirs. Ses seniors-amateurs retrouvent ici une seconde jeunesse, mais le passé rattrape souvent ce doux rêve d’insouciance lorsque les enfants réapparaissent le temps d’une courte visite, pas toujours affectueuse. Figures polymorphes, les danseurs de la compagnie incarnent quant à eux plusieurs identités : infirmiers, agents d’entretien, chanteurs, visiteurs et aide-soignants.

Des situations toutes plus mémorables les unes que les autres se succèdent, comme avec cette surprenante séquence où la comédienne Marie Gyselbrecht agite une perche-balais au dessus des spectateurs des premiers rangs ou lorsque Leo De Beul joue et chante au piano entouré de groupies du troisième âge. À la fois tendre et cruel, Vader confirme encore une fois le talent et la créativité du duo Gabriela Carrizo et Franck Chartier qui continue à nous surprendre et nous émerveiller avec poésie et dérision.

Vu au Koninklijke Vlaamse Schouwburg / KVS à Bruxelles. Mise en scène Franck Chartier, aide à la mise en scène & dramaturgie Gabriela Carrizo, conception lumières Giacomo Gorini, conception décors Peeping Tom, Amber Vandenhoeck. Création et interprétation Leo De Beul, Marie Gyselbrecht, Hun-Mok Jung, Simon Versnel, Maria Carolina Vieira, Yi-Chun Liu, Brandon Lagaert avec l’aide d’ Eurudike De Beul. Photo d’Herman Sorgeloos.

Par

Publié le 01/11/2014


Partagez cette page


http://maculture.fr/danse/vader-peeping-tom/