| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Benjamin Boar

Cuando vuelva a casa voy a ser otro, Mariano Pensotti

Cuando vuelva a casa voy a ser otro  est un ensemble de récits fictifs s’ouvrant sur une histoire vraie : celle du père du metteur en scène Mariano Pensotti ayant enfoui des objets personnels dans le jardin de ses parents pendant son passé de révolutionnaire en Argentine.  Le futur propriétaire de la maison les déterre bien des années après et oblige le père à se confronter à celui qu’il était et celui qu’il est devenu.

On tombe petit à petit dans la fiction quand son fils, un metteur en scène dont la carrière ne décolle pas et qui mène une double vie sentimentale se questionne sur ce qu’il a profondément envie d’être. De là, les récits fictionnels s’enchâssent : Natalia est une chanteuse guitariste qui ne connaît pas le succès et ne trouve pas de sens à sa passion tandis que Damian s’engage en politique et ne remporte aucune élection. Les personnages se confrontent à leurs failles respectives, leurs échecs et tentent maladroitement de devenir ce « moi » mythifié.

Le dispositif scénique rend compte de cet enchainement de situations et de temporalités : deux tapis roulants avançant dans des directions antagonistes transportent les comédiens et quelques objets censés représentés les mythes fondateurs, les objets qui constituent des marques de notre civilisation et de celles antérieures. De grands pans de rideaux délimitent les espaces scéniques : au moins trois sont à découvrir dans la profondeur du plateau au fur et à mesure que les histoires se développent ou se télescopent. La très intéressante scénographie ainsi proposée par Mariana Tirantte permet de suivre la cadence d’un spectacle découpé et foisonnant.

Le choix de la narration et sa mise en œuvre permettent également de s’immerger dans la multiplicité des récits sans en perdre le fil : un écran en haut du cadre de scène nous permet de suivre l’avancement de la fiction. Cette narration favorise une mise à distance et permet au metteur en scène/auteur une forme d’interventionnisme total dans l’action. Mariano Pensotti nous présente effectivement au long du spectacle une mise en abyme de son propre processus de création : le personnage du metteur en scène hésite entre la forme narrative et la forme dramatique pour rendre compte de cette formule qui est assénée dans sa pièce El rio : « vivimos sobre miles de cadaveres » (« nous vivons sur des milliers de cadavres »).

Au-delà de la construction du récit et ses modalités, le rapport à l’image est aussi remis en cause : faut-il fixer tous les souvenirs pour que ceux-ci nous constituent réellement ? La caméra est ainsi présente comme témoin de l’évolution de l’espèce. Avec Cuando vuelva a casa voy a ser otro, l’artiste argentin Mariano Pensotti nous propose, grâce à une approche pluridisciplinaire, une réflexion étoffée sur la manière de vivre dans un monde maîtrisé par l’image et les relations de pouvoirs et la recherche effrénée du bonheur.

Vu à la Maison des Arts de Créteil. Texte et mise en scène Mariano Pensotti
. Scénographie et costumes Mariana Tirantte. 
Musique Diego Vainer. 
Lumière Alejandro Le Roux. Avec 
Santiago Gobernori, Andrea Nussembaum, Mauricio Minetti, Agustín Rittano et 
Julieta Vallina. Photo de Benjamin Boar.

Tournée 2016

Du 17 au 20 février 2016 au Théâtre Nanterre-Amandiers
Les 25 et 26 février 2016 à La Filature à Mulhouse

Par

Publié le 13/02/2016


Partagez cette page


http://maculture.fr/theatre/cuando-vuelva-casa-voy-a-ser-otro-mariano-pensotti/