| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Luca Del Pia

Go down, Moses, Romeo Castellucci

Dans l’obscurité du plateau, apparait une forme lumineuse, une longue turbine s’extrait du sol et se met en marche : la machinerie tournera insensiblement jusqu’à faire un bruit assourdissant. Une perruque descend lentement des cintres et se dirige inexorablement vers ce rouleau qui finira par happer les cheveux dans son tournoiement. Ainsi commence Go Down Moses. Derrière un voile transparent et légèrement opaque, les tableaux de la dernière création de l’artiste italien Romeo Castellucci ont un aspect poussiéreux, comme des images datées sur lesquelles une fine couche de particules s’était déposée avec le temps. Des aspérités qui donneront aux séquences des allures de souvenirs irréels, de réminiscences passées et de rêve.

Premier des trois spectacles programmés par le Festival d’Automne à Paris dans le cadre du portrait de Romeo Castellucci, Go Down Moses emprunte son titre à un roman de William Faulkner et à un titre du musicien Louis Armstrong. Suivront Schwanengesang D744 au Théâtre des Bouffes du Nord et Le Sacre du printemps à la Grande Halle de la Villette. Dans de petites toilettes publiques, une jeune femme se tord de douleur avant de voir du sang couler, en abondance, entre ses cuisses. Suivra deux séquences : une benne à ordures dont émane des pleurs d’un bébé, et son interrogatoire dans un commissariat. Elle répondra à l’officier de police l’avoir abandonné sur les eaux du Nil. Comprendra qui voudra.

La jeune femme est ensuite escortée vers un IRM, machine dont émanera une nouvelle fois un bruit assourdissant, et où la silhouette sera aspirée dans un trou noir. Apparaitra alors l’indicible : une grotte abritant des êtres primitifs. Impénétrables, vertigineux, énigmatiques, mystiques, méditatifs, oniriques, les mots sont nombreux pour décrire les tableaux qui composent les pièces de Roméo Castellucci. Ils apparaissent souvent sans liens apparents mais parviennent cependant à s’inscrire dans une constellation d’images, sorte de cadavre exquis, aux allures ici, d’atlas biblique.

Vu au Théâtre de la Ville à Paris dans le cadre du Festival d’Automne. Mise en scène, décors, lumières, costumes, Romeo Castellucci. Musique, Scott Gibbons. Avec: Rascia Darwish, Gloria Dorliguzzo, Luca Nava, Stefano Questorio, Sergio Scarlatella, Emmanuelle Ohl, Patricia Schillaci, Claude Penseyres, Pierre Imhof, Jules Hox et Hakan. Collaboration à la scénographie, Massimiliano Scuto. Sculptures en scène, prothèses et automatisations, Giovanna Amoroso, Istvan Zimmermann. Photo de Luca Del Pia.

Par

Publié le 05/11/2014


Partagez cette page


http://maculture.fr/theatre/go-down-moses/