| Qui nous sommes | Nous contacter ›


Tal Bitton

Les Français, Krzysztof Warlikowski

Le metteur en scène polonais Krzysztof Warlikowski présente du 18 au 25 novembre 2016 au Théâtre National de Chaillot Les Français, spectacle autour de l’oeuvre de Marcel Proust À la recherche du temps perdu publié entre 1913 et 1927. Créée à la Ruhrtriennale en Allemagne en août 2015, la pièce, en polonais, n’est pas à proprement parler une « adaptation » de l’ouvrage fleuve de l’auteur Français mais plutôt une proposition extrayant l’essence du texte en l’articulant autour de deux thèmes : l’antisémitisme et l’homosexualité.

Du côté de chez Swann, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Le Côté de Guermantes, Sodome et Gomorrhe, La Prisonnière, Albertine disparue, Le Temps retrouvé. Les titres des sept tomes d’A la recherche du temps perdu se succèdent en fond de scène durant les quatre heures trente de représentation, fond de scène qui accueillera également des projections vidéos de couples mixtes ou d’hommes s’embrassant, des reproduction d’animaux, des projections numériques de paysages ou des captations lives de détails qui se déroule sur le plateau.

Les personnages de l’oeuvre originale ne sont pas tous présents, mais les couples principaux évoluent du premier au dernier chapitre. On y retrouve évidemment Charles Swann, le personnage principal, amant d’Albertine dont les penchants homosexuels la conduisent à délaisser le couple,  ainsi que Marcel, le mari d’Odette, double de Swann et de l’auteur, permettant ainsi une forme de narration à double prisme. Là où À la recherche du temps perdu était entre autre une oeuvre sur le travail de l’écrivain et sa capacité à saisir et matérialiser le temps, la pièce de Krzysztof Warlikowski, au-delà de ces enjeux précis d’écriture, se focalise sur la fin d’un monde, à travers le délitement de son aristocratie et surtout la fin d’une Europe, à l’orée de la première guerre mondiale.

La force de la représentation réside dans sa capacité à universaliser un texte pourtant très contextualisé et à replonger l’écriture de Proust dans un présent inquiétant et angoissant. Sur fond de musique rock aux accents électro, Warlikowski, à l’aide du compositeur Jan Duszynski, parvient à représenter une forme d’aristocratie contemporaine à travers sa maîtrise des codes sociaux et culturels contemporains. On découvre ainsi Morel en DJ androgyne (mixant sur le bar traversant de jardin à cour le fond de scène), Rachel en chanteuse alternative et un danseur masqué, comme autant de personnages fantasmatiques, superficiels et cruels, enfermés eux aussi dans leurs contradictions et leur quête de reconnaissance. L’élite est ici placée dans une cage de verre, légèrement surélevée du reste du plateau et se déplaçant au gré des scènes. Elle est une cage dorée rassurante et étouffante de laquelle il semble difficile de s’extraire, surplombant l’espace à jardin, occupé par un grand miroir et un canapé/lit, dans lesquels se déroulent la majorité de la pièce.

Après un premier entracte, on assiste à une scène de fin du monde, insistant sur l’incapacité des nations à résister à la chute, juste avant de découvrir dans une dernière séquence très émouvante l’ensemble des personnages à l’heure de la vieillesse, usés par le temps et présentés par le narrateur comme morts. Cette scène démontre la réussite du metteur en scène dans sa volonté de matérialiser lui aussi le temps et de nous le rendre palpable. Ainsi, la pièce s’appelle Les Français mais s’attaque évidemment à toutes les formes de populismes, de peurs et de montées des extrêmes qui menacent nos démocraties européennes et le projet européen dans son ensemble.

Krzysztof Warlikowski propose ici avec brio une nouvelle interprétation de À la recherche du temps perdu, une oeuvre majeure de son parcours d’artiste, qu’il n’avait jamais réussi selon lui à représenter entièrement, assumant par ailleurs l’impossible exhaustivité contenue dans ce récit d’une telle ampleur.

Vu au Théâtre National de Chaillot. Adaptation Krzysztof Warlikowski et Piotr Gruszczyński. Mise en scène Krzysztof Warlikowski. Scénographie et costumes Małgorzata Szczȩśniak. Musique Jan Duszyński. Interprétation en live par Michał Pepol. Avec Mariusz Bonaszewski, Agata Buzek en alternance avec Magdalena Popławska, Magdalena Cielecka, Ewa Dałkowska, Bartosz Gelner, Małgorzata Hajewska-Krzysztofik, Wojciech Kalarus, Marek Kalita, Maria Łozińska, Zygmunt Malanowicz, Maja Ostaszewska, Bartosz Bielenia, Jacek Poniedziałek, Maciej Stuhr, Claude Bardouil et Michał Pepol. Photo de Tal Bitton.

Par

Publié le 20/11/2016


Partagez cette page


http://maculture.fr/theatre/les-francais-krzysztof-warlikowski/