| Qui nous sommes | Nous contacter ›


take the floor

Take the Floor, Michel François & Léone François Janssens

L’expression « take the floor » a deux significations en anglais : prendre la parole face à un public, et aller danser sur une piste de danse. Le plasticien Michel Francois ne s’improvisera pas danseur aujourd’hui, mais occupera le plateau d’une toute autre manière. Créé le printemps dernier au KVS à Bruxelles, Take the Floor est au départ une carte blanche offerte par le Kunstenfestivaldesarts à l’artiste belge. Aujourd’hui repris au Théâtre de la Cité internationale dans le cadre de la cinquième édition de New Settings, programme de la Fondation d’entreprise Hermès. Take the floor est une parfaite illustration des enjeux de ce singulier festival : interroger la relation entre les arts visuels et les arts de la scène. Aux cotés de sa fille Léone Francois Janssens et de deux autres performeurs, Sylvain Courbois et Colline Libon, l’artiste délocalise son atelier et transforme la scène de théâtre en laboratoire d’idées et d’actions aussi bien anodines que spectaculaires.

Sans préambule ni commentaire, quatre performeurs activent sur scène des pièces emblématiques du catalogue raisonné de Michel Francois : ils se lavent les mains sur un gros savon rotatif, débalent un gros cube de glace, épinglent des pissenlits sur un fil tendu, trainent un imposant bloc de plasticine colorée, déroulent une boule de corde de chanvre, assemblent des tiges d’acier et des boules magnétiques, frottent un cube de sable sur le sol, découpent un tapis avec une scie emporte-pièce ou jetent encore des boules d’argile sur une grande plaque de plexiglass. Le chat de l’artiste se promène tranquillement sur le plateau avant de s’échapper dans le public, pas farouche pour un sous il se promènera une partie du spectacle sur les genoux des spectateurs allant de rangé en rangé pour se faire caresser.

La scène est un capharnaüm ordonné où s’entasse des objets hétéroclites dans lesquels les aficionados de Michel Francois reconnaitront des allusions à son propre travail. Impossible de tous les nommer tellement les références foisonnent. Les travaux antérieurs de l’artiste, comme ses poches de pantalon remplies de plâtre ou ses photographies en noir et blanc, sont ici réactivés comme des performances éphémères : une jeune femme joint ses bras sur une table dans lesquels du plâtre se solidifie, un crâne sort lentement d’un pull à coll roulé, où encore des coudes de pull usés, qui sont autant de citations subtiles qui deviennent des archives photographiques vivantes. L’oeuvre hybride de Michel Francois prend forme sous différents médium et cette diversité se ressent indéniablement sur le plateau. Le plateau regorge d’objets qui, ici sortis de leur contexte muséal, deviennent d’étranges bibelots manipulables et prétextes à des happenings saugrenus.

Autant de mises en situations qui offrent de nouvelles lectures à des oeuvres qui sont pensées au départ de manière autonomes sans monstration possible en dehors du contexte du white cube de la galerie ou du musée. Entre deux happenings, les performeurs bavardent sans vraiment prendre en compte les spectateurs, des anecdotes ou des souvenirs sans profondeurs qui n’apportent rien à la dramaturgie des oeuvres. On reste cependant fasciné par ce qui se passe sous nos yeux, Take the floor est un kaléidoscope d’images poétiques qui conjuguent des oeuvres créées sur plusieurs décennies à l’instar d’une grande exposition monographique d’un genre nouveau, orchestrée ici par le curateur et critique d’art Guillaume Désanges qui signe la dramaturgie.

Vu au Théâtre de la Cité internationale. De et avec Léone François et Michel François, performeurs Sylvain Courbois, Colline Libon, dramaturgie Guillaume Désanges, directeur technique & lumière Philippe Baste, son Christopher Rault, collaboration artistique Ann Veronica Janssens, assistante production Vera Andeweg et assistant technique Gaspar Schelck. Photo d’Isabelle Arthuis.

Par

Publié le 09/11/2015


Partagez cette page


http://maculture.fr/theatre/take-the-floor-michel-francois/